日本語(Japonais)

Lettre de S.E.M. Tsukasa KAWADA
Ambassadeur du Japon en Algérie

juin 2013 -Lettre n°4 « Abenomics » qui démarre l’économie japonaise

ambassadeur

La revue anglaise « The Economist » a publié une photo du Premier Ministre ABE en costume de « Superman » dans sa couverture de la dernière édition. Elle s’intitule « Est-ce un oiseau ? Est-ce un avion ? Non, c’est le Japon ! ». Le journal « Le Monde » a publié dans sa première page de l’édition du 17 mai un artticle dont le titre est  « L’économie du Japon repart : une leçon pour L’Europe ? ».

Qu’est-ce qui arrive aujourd’hui à l’économie japonaise qui a souffert le marasme économique pendant presque vingt ans ? Le taux de croissance du PIB a enregistré 3,5% au cours du premier trimestre 2013, taux le plus élevé parmi les 7 pays indutrialisés. La bourse de Tokyo est montée de plus de 50% depuis que M.ABE a été élu premier ministre en décembre dernier. M. ABE a mis en oeuvre une nouvelle politique économique dite « Abenomics » qui consiste en trois piliers ; une politique monétaire audacieuse, une politique fiscale flexible et une stratégie de la croissance visant l’investissement privé. Il a surtout décidé d’injecter une masse monétaire importante dans l’économie japonaise en fixant le but de l’inflation à 2 %. Je vous rappelle que l’économie japonaise a été affectée par la déflation, soit la baisse générale des prix, depuis les années 1990.

Abenomics a bien marché jusqu’ à présent. Les exportations ont augmenté grâce à la baisse du taux de change du yen. Les invesstisseurs étrangers ont commencé à revenir à la bourse de Tokyo en constatant la hausse du chiffre d’affaires des sociétés exportatrices. En regardant la montée des prix des actions qu’ils possèdent, les gens sont plus généreux qu’avant pour dépenser de l’argent, ce qui conduit à l’augmentation de la consommation, soit la hausse du chiffre d’affaires des sociétés. Il semble que l’économie japonaise est entrée dans « un cercle vertueux ».

Même ici à Alger, j’ai commencé à sentir cette redynamisation de l’économie nippone. Je reçois plus de businessmen japonais dans mon bureau au cours de ces dernier mois.Ils paraissent tous plus enthousiastes qu’avant pour faire des affaires en Algérie. A mon avis, les échanges économiques actuels entre nos deux pays ne sont pas à la hauteur de la grandeur des deux économies. Je suis convaincu que nos échanges pourront être dix fois plus grands qu’aujourd’hui soit en matière de commerce soit d’investissement. A cet égard, lors du 5ème sommet de la TICAD (Conférence Internationale de Tokyo sur le Développement Africain) qui s’est tenu à Yokohama du Japon du 1er au 3 juin, M.BENSALAH, Président du Conseil de la Nation, chef de la délégation algérienne, s’est mis d’accord avec le Premier Ministre ABE pour le renforcement des relations économiques entre nos deux pays, notamment à l’égard du transfert de la technologie. Le Japon a déjà coopéré avec l’Algérie dans les plusieurs domaines tels que l’antisismique, l’environnement, le transport maritime et la pêche. Dans la construction de l’Autoroute Est-Ouest, les constructeurs japonais utilisent la technologie de pointe pour creuser des tunnels dans le terrain sableux et glissant en coopération avec des sous-traitants algériens, ce qui permet le transfert de technologie. Nos échanges seront certainement renforcés dans cette direction.

Avant de conclure, je voudrais faire une proposition qui pourra donner un nouvel élan aux relations nippo-algériennes. « Investissez au Japon ! » C’est le bon moment d’investir dans l’économie japonaise qui vient de redémarrer. De plus, l’investissement permet aux sociétés algériennes de participer à la gestion des sociétés japonaises qui possèdent la technologie. C’est peut-être un autre moyen de renforcer la coopération dans le domaine de la technologie. T.K.

-Haut de page- | -Accueil-